librairiemobile

tu consommes - tu pilles la planète

Accueil > dvial > creuser jusqu’aux nuages

creuser jusqu’aux nuages

mardi 5 mai 2020

A vivre en sauvage, on redécouvre que l’on a la capacité de trouver l’eau. Sans nanocapteur, sans technologie ni réalité augmentée, sans don ni magie ni pseudo-chamanisme non plus.
nan nan nan

Juste avec ce truc un peu oublié qu’est la faculté de raisonner ; ce cheminement qui part de l’observation, passe par quelques déductions pour arriver jusqu’à une hypothèse qui sera mise à l’épreuve de l’expérience : ici à coups de pelle.
Si l’expérience s’avère concluante, alors l’hypothèse était juste. Dans le cas contraire on reprend les observations et/ou les déductions et ainsi de suite...

Alors c’est sûr ! on pourra reprocher le caractère chronophage de la démarche, son incertitude voire l’insécurité, la précarité qui l’accompagnent. Ça prend du temps d’observer, de penser toussa toussa...

On préfèrera donc peut-être un résultat immédiat livré par une prothèse artificielle, un outil, une technologie ou - ce qui revient au même - on préfèrera donc peut-être un résultat immédiat livré par une formule magique, une révélation, une interprétation d’oracles ou un don inexplicable, bref ! un truc efficace qui offre une réponse rapide et sûre sans que l’on ait soi-même à parcourir tout le fastidieux processus plus ou moins long, et complexe, qui mène jusqu’à cette réponse.

Or de mon point de vue certes désuet, jugé hautain voire perché, il n’y a pas d’un côté les rationalistes technophiles éclairéEs et de l’autre les spiritualistes illuminéEs : ce sont juste deux aspects de la même servitude ; et - toujours de mon point de vue - c’est en bonne partie parce que l’on cesse peu à peu d’utiliser notre faculté de penser que nous en sommes aujourd’hui réduitEs à vivre en bio-capifascisme : terrifiante chimère née de l’union de deux monstres mortifères autoproclamés garants de la Vie dans un monde frénétique et stérile où doivent sans cesse, en toute hâte quoique sans raison ni sens circuler la matière, l’énergie, les corps, l’information pour que le réel, tel un Spectacle à bicyclette tienne... tant qu’il tourne et fuit en avant dans cette hallucination collective qui doit faire société.

Est-ce que quelqu’unE peut me dire s’il existe-t-il quelque part des études archéologiques, anthropologiques qui dissertent sur la perte, ou la mise en sommeil, de certaines de nos facultés naturelles corrélée au développement du progrès technologique ?