librairiemobile

tu consommes - tu pilles la planète

Accueil > dvial > canopée / le sommet du vivant

canopée / le sommet du vivant

vendredi 18 octobre 2019

Belle amie, complice amoureuse, pendant ce temps qui m’éloigne de toi j’écoute parfois la radio.

Ce terme de canopée me plonge à l’instant dans un monde fantastique : selon Francis Hallé c’est là que se résolvent en bonne intelligence tous les problèmes posés par la vie ; là que des fentes timides créent des structures comme des membranes, entre les arbres qui n’osent se toucher ; là que la nuit sonore - imagine - commence à la tombée du jour par les rythmes mêlés "de millions de batraciens" qui seront remplacés peu à peu par un essaim insensé de sons d’insectes pour enfin, déjà, se peupler de pépiements d’oiseaux multiples jusqu’à l’aurore... Cet endroit est magique puisque perpétuel, la vie - prolixe - s’y épanouit comme en nulle autre ailleurs au monde ; c’est le sommet du vivant, la peau de la Terre qu’effleurent la conscience - et la lumière.

Pour comprendre mon enthousiasme, tu peux prendre un peu de ton temps pour écouter ses mots à lui : ils sont justes et sensés, pas du tout noyés dans de l’à peu près mystico-ésotérico-pouet-pouet, comme les mantras que l’on entend anônnés par les charlatans de cette écologie spectaculaire et prophétique que je moque et critique. Cet homme arrive, sans quitter la raison, à révéler des vérités essentielles et précieuses pour une raison toute simple : il est SINCERE !
Tu peux sans doute chercher par toi même, tu retrouveras sur les internets des traces du radeau des cîmes et de l’aventure qu’il mène depuis trente ans avec d’autres perchéEs, pour observer et étudier cette fine épaisseur de vie qu’a tissé la-haut la conscience pour évoluer.

Je t’embrasse

Post-Scriptum : Ah oui, et puis donc faudra faire bien gaffe à cette canopée : si elle pouvait ne plus jamais être préemptée par l’entreprise mercantile sans réaction mais plutôt perçue soudain - partout sur la planète - comme désormais le lieu essentiel à ... et bien disons à la circulation de la lumière, donc de l’énergie, donc de la vie sur terre ... ce serait chouette / merci, bisou